Avec Anne Sibran

Anne Sibran nous raconte la vie des mineurs indiens dans la cordillère des Andes, en Bolivie. Cet écrivain voyageur, qui a appris le quechua et qui vit entre la France et l’Amérique du sud, nous raconte donc une réalité historique et sociale sur l’exploitation de la mine de Potosi par les colons espagnols, avec ses huit millions d’Indiens morts. Mais l’originalité de son récit est d’y mêler croyances et fantastique, avec la présence de l’esprit de la montagne qui enseveli régulièrement ceux qui la creusent et la pillent. Le narrateur, Agustin, 35 ans, fils de Sara Quiroga, a vu les siens tués par la montagne et décide de profiter de la nuit de la Toussaint indienne, lors de laquelle la mine s’est vidée, pour descendre dans les profondeurs à la rencontre du diable qui tient le sort de son peuple entre ses mains. “Nous, les Indiens, on sait bien que le diable vit avec nous dans la mine, sous la Montagne d’argent. C’est pour lui que je suis descendu cette nuit-là au fond des galeries Ce que j’avais à faire est impensable. Je l’ai fait’.
L’homme, pris au piège dans le ventre de la terre, la jambe coincée par un éboulement, convoque le diable dans un face à face. Il n’a rien à négocier mais souhaite juste être entendu. Il déroule le fil de sa vie afin que le diable pèse son âme au moment de la lui prendre et pèse le poids des vies qu’il prendra encore…

Par Anne Sibran elle-même : http://www.dailymotion.com/video/xxd78s_anne-sibran-dans-la-montagne-d-argent_news#.UahufdifMYQ

9782246803119_1_75.jpg