Exposition permanente des œuvre de Vincent ROUX à l’Hôtel de Ville de Peynier. Visites sur rendez-vous.

Depuis 1948, soixante expositions de peinture et dessins de Vincent ROUX ont été organisées et cinq mille œuvres ont été réparties ou inventoriées dans des musées ou collections privées.

Avec le concours actif de l’association pour la promotion de l’œuvre de Vincent ROUX, la Mairie de Peynier a reçu en dépôt les œuvres picturales de Vincent ROUX qui, très attaché au village dés son enfance, a exprimé magnifiquement sa passion pour “sa Provence” diffusant celle-ci de par le monde.

Les amateurs d’art sont invités à venir (re)découvrir une partie des œuvres de Vincent ROUX exposées en permanence à l’Hôtel de Ville de Peynier.

La porte de Brandebourg

Le 9 novembre 1989 tombait “le mur de Berlin” édifié depuis 1961, symbole de la cassure entre l’Est et l’Ouest. Devant nos écrans de télévision défilaient les images de l’effritement du “mur de la honte”. Ainsi, le monde entier assista à sa chute.

Vincent ROUX, bouleversé, décida d’en retracer l’événement historique sur la toile : il se mit à l’ouvrage avec frénésie et naquit le projet des “13 EUROPE”. En six mois, il brossa des toiles magistrales, de très grand format, qui seront exposées en juillet 1990 à la Fondation VASARELY, à Aix-en-Provence.

« La porte de Brandebourg » est une œuvre phare, le testament de l’artiste déjà très éprouvé par la maladie mais hanté par le désir d’achever une œuvre dédiée à la liberté.

Elle est aussi un rappel de l’engagement des artistes pour la liberté d’expression ainsi que de ses illustres prédécesseurs, Géricault : “Le Radeau de la Méduse”, Picasso : “Guernica”. Cette toile à été présentée au public dans la salle des Etats de Provence de l’Hotel de Ville d’Aix-en-Provence le 4 novembre 2009 à 18h30, dans le cadre de la Rencontre « témoignage et dialogue » organisée pour la célébration du 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Retrouvez également « Couleurs, Musique et Liberté : Célébration de l’Europe » Concert à l’Eglise Saint-Jean-de-Malte, le 17 octobre 2014 pour le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin par Thierry Escaich, improvisation sur les oeuvres de Vincent Roux sur le site www.vincent-roux.com.

Sainte-Victoire

Les pierres roussies de Peynier n’ont jamais été aussi joyeuses que depuis que Vincent Roux les fait caracoler autour des vitraux multicolores à l’ombre de grands saules pleureurs romantiques, autour d’une terrasse de tomettes rouges, retrouvant ainsi la véritable lumière de la Provence.

Dans sa bastide dont il a eu l’intelligence de conserver l’authenticité première, ce jeune pâtre des élégances, ordonne bibelots et fourrures, cheminées austères et lits à baldaquins. Aucun parti-pris de snobisme dans cette demeure mais bien le simple plaisir d’un savoir- vivre douillet où il fait bon, entre deux flambées de ce précoce automne, se réunir. Il n’y a pas d’heure pour les braves, encore moins pour les peintres, fussent-ils charmants. Comme son voisin de Château l’Arc, Vincent Roux cache dans une apothéose de mondanités, la rigueur de son travail. Comme Bernard Buffet il aime les voitures de sport et les flacons précieux, mais comme lui, il sait choisir ses amis.

Il n’était qu’a voir avec quel soin jaloux il avait dressé sa table, croulante sous un civet de marcassin préparé de ses mains, l’autre jour, pour un déjeuner de presse où il fut beaucoup plus question de cuisine que de l’exposition de New-York. C’est que les roses rouges à la main, Vincent Roux sait bien être aussi éloquent qu’avec une palette. Et si la gloire est déjà entrée toute fracassante dans sa maison, Vincent Roux, pour autant, ne se regarde pas dans le miroir du génie ; il connait trop les déformations malicieuses des glaces-sorcières !

Edmée Santy, extrait “Le Provençal” 1963

Notre Dame de Paris : le lien qui unit les siècles aux siècles

Europe, comme le vieux Titan fatigué, change de position et, par conséquent d’équilibre. Pourra-t-elle s’adapter à des conditions nouvelles, ou va-t-elle perdre l’équilibre au lieu d’en changer ? On ne sait. Il est certain que l’homme moderne, s’il manque de goût, ne manque pas de grandeur et de courage…

Le souvenir qu’on emporte des cathédrales impose le silence, un silence fécond où l’âme connaît le grand bien-être, la fête de la pensée. On médite le conseil que la Nature vient de nous donner par le moyen de l’art. On cherche la loi.

Elle ne peut se préciser ? La mesure, un certain ordre, voilà la loi. Et c’est aussi le goût, la sagesse la raison, la convenance. Et c’est aussi l’immortalité, le lien qui unit les siècles aux siècles. L’homme avec les hommes de sa race et des pays différents, et notre esprit avec la Nature.

+ d’infos

  • Site Internet : www.vincent-roux.com
  • Visites sur rendez-vous : 06 61 17 08 34
  • Adresse : Hôtel de Ville – 1, cours Cours Albéric Laurent – 13790 PEYNIER