Ce dimanche, notre commune était à l’honneur de 11h à 12h30, sur l’antenne de France Bleu Provence dans l’émission “A la recherche de la cigale d’or”. Les auditeurs ont dû trouver grâce à une mystérieuse énigme la commune de Peynier.

Tous les samedis et dimanches de 11h à 12h, l’émission “A la recherche de la cigale d’or” propose aux auditeurs de la radio France Bleu Provence de découvrir où se cache les cigales d’or. Une première cigale est cachée dans une commune de la région, puis une seconde dans un lieu précis de la commune en question. Les auditeurs appellent le standard de la radio et font leurs propositions en direct jusqu’à retrouver les cigales d’or !

Vous avez manqué “A la recherche de la cigale d’or” ce dimanche 31 janvier ? Amusez-vous à résoudre les deux énigmes qui ont permis de faire découvrir Peynier !

L’énigme de la commune du dimanche 31 janvier

“Les lumières du Nord meurent dans le ciel bleu et les champs de blé. Les larmes du fils coulent dans les boulins noirs et les méandres étirés. Le chef de l’agent secret inhumé souffre devant la porte murée”.

  • Les lumières du Nord : l’astronome Pierre Gassendi, figure de la région de Digne, a observé au château de Peynier, lors de sa visite au seigneur, une aurore boréale en regardant vers Sainte-Victoire. C’est lui qui a utilisé pour la première fois le terme “d’aurore boréale” et c’était il y a 400 ans en 1621.
  • Meurent : le Vallon de l’Homme Mort, à la limite avec La Bouilladisse.
  • Dans le ciel bleu et les champs de blé : référence au drapeau ukrainien, bleu et jaune pour le ciel et les champs de blé. Une stèle rappelle que des milliers d’Ukrainiens émigrés se sont engagés dans les rangs de la Légion Etrangère pour défendre la France durant la Seconde Guerre Mondiale. Leurs régiments se sont repliés à Peynier où ils ont gravé dans le Rocher de la Garenne le Tryzub, symbole millénaire de l’Ukraine.
  • Les larmes du fils : si vous regardez “Cauchemar en Cuisine”, le petit Lilian (qui depuis, a dû bien grandir…) était en larmes au côté de Philippe Etchebest suite à la situation délicate de ses parents qui tenaient à l’époque le restaurant “Le Mas” de Peynier. Aujourd’hui, Patrick et Cathy ont monté un food truck “Fumés mais pas que”.
  • Boulins : Peynier est l’une des communes provençales comptant un nombre très important de pigeonniers, un boulin étant l’un des trous dans le mur d’un pigeonnier servant de nid au pigeon.
  • Noir : l’étymologie de Peynier vient de Puium Neroni, Podium Nigrum et Castrum de Puei-nier, autrement-dit Puits Noir ou Montagne Noire, rappelant la présence de pins et couches de lignite.
  • Les méandres étirés : le fleuve l’Arc (tir à l’arc, étiré…) et ses méandres marquent la frontière avec la commune voisine de Rousset.
  • Le chef de l’agent secret : référence à M dans James Bond, un M formé au sol par des briques au milieu de la calade de la cour du château rappelle le nom de Matheron, les seigneurs de Peynier.
  • Inhumé : le chanteur Darcelys est inhumé au cimetière de Peynier, chanteur marseillais provençal de “Adieu Venise Provençale”, “Une partie de pétanque” ou encore “Un petit cabanon”.
  • Souffre : le ruisseau de La Foux a une source chaude et sulfureuse.
  • La porte murée : l’ancienne porte de l’église est murée car l’orientation de l’église a changé et a été inversée au 19è siècle.

La réponse est : la commune de Peynier

L’énigme du lieu du dimanche 31 janvier

“C’est la tuile ! Le pare-brise du chevalier est brisé ! Heureusement qu’il est grandement assuré !”

  • C’est la tuile : Le château d’eau est recouvert de tuiles.
  • Le pare-brise est brisé : en 2014, une tuile du château d’eau, en équilibre instable, est tombée sur le pare-brise d’une voiture…
  • Grandement : ce château d’eau est haut, il s’agit d’une grande tour…
  • Chevalier / Assuré : Philippe Chevalier, “ambassadeur” d’une compagnie d’assurance, est né en 1956, la même année que la construction du château d’eau.

La réponse est : le Château d’eau des Michels

Si vous voulez écouter le replay de l’émission, n’hésitez pas !

Pour accéder à la page de l’émission sur le site de France Bleu Provence : cliquez ici.